Alien vs Sayajin

Selection du chapitre:



Prologue


Rafikotto regardait l'écran de contrôle, il n'avait que 14 ans et il participait déjà à cette fichue guerre. D'ordinaire, son jeune âge aurait dû l'empêcher d'entrer l'armée, mais il était issu d'une race de guerriers surpuissants, les sayajins, une des plus puissantes de la galaxie. Du moins, c'était encore le cas jusqu'il y a 5 ans, lorsqu'un des leurs fut infecté par ces...choses, lors de son retour de mission. Vingt-quatre heures plus tard, dans l'incompréhension la plus totale, ils s'étaient envahis par des centaines de ces monstres les obligeant à fuir la zone, non sans pertes.

Sur cette planète Végéta infecté, les villes et bâtiment principaux étaient protégées par des écrans d'énergie générés par une technologie acquise au cours de leurs nombreuses conquêtes. Cela faisait maintenant 5 ans qu'ils combattaient cette race, mais les nombreux raids réalisés pour détruire leurs nids s'étaient avérées être des fiascos, pire encore, leur nombre augmentait par l'utilisation des corps des guerriers morts au combat. Les rares survivants aux attaques des « aliens », nom donné par les scientifiques de l'armée, avaient témoignés de leur schéma d'attaque, ils isolaient leurs proies afin de pouvoir les neutraliser et les ramener dans leur nid.
Le jeune sayan placé de corvée de surveillance, fut interrompu dans ses pensées par une alarme apparaissant sur ses écrans.
- Qu'est ce que...
L'adolescent se redressa vers la cause du tintamarre infernal.
- Une intrusion dans l'aile ouest ?
Il tapota sur son clavier durant quelques secondes avant de serrer les dents :
-Pas de réponse continua Rafikotto perdant patience, Merde !
Il se leva et sortit de la salle de surveillance en courant. Fais chier se dit le guerrier de l'espace, non seulement il avait affecté à ce poste minable de surveillance des stocks de vivres de l'armée royale mais en plus, ils étaient attaqués. Il pestait intérieurement tandis qu'il s'enfonçait dans les couloirs…









Commentaires:


Page :

Laissez un commentaire: