L'empereur Saiyen

Selection du chapitre:



Chapitre 1


Tout était trouble autour de lui. Il avait beaucoup de difficulté à faire le point sur son environnement. Il cligna des paupières plusieurs fois. Ça s'améliorait. Le monde devant lui semblait se diviser radicalement, un vert très clair, aérien d'un coté, et un mur, vert également, mais plus sombre de l'autre. Non, pas un mur… Le sol. Il était allongé sur le ventre, de tout son long, et une de ses joues rentrait en contact avec un tapis herbeux. Se relever. Sur l'instant, ses pensées étaient plus trouble que sa vision, mais il y avait une chose parfaitement clair, il devait absolument se relever avant son arrivé. L'arrivé de qui? Pas le temps de se poser des questions, debout! Rassemblant ses forces, il reprit le contrôle de ses bras endolories et posa ses paumes contre le parterre. Une autre impulsion et il souleva sa carcasse, moyennement grande mais entièrement constituée de muscles plus dur que de la pierre. Il se stabilisa sur ses genoux, à quatre pattes. Sa vue s'éclaircissait. Il vit deux bras couverts d'une matière bleue et deux mains gantées de blanc, en lambeaux. Soudain, un spasme violent planta un millier de poignard dans son ventre et il toussa violemment, expulsant par la bouche beaucoup plus de sang qu'il n'aurait souhaité en perdre. Lèves toi! Éloignes toi de lui! Mais qui était "lui"? Il leva les yeux de la tache rouge sous lui, et aperçu quelque chose d'assez inhabituel. À une trentaine de centimètre de sa tête se tenait deux appendices jumeaux, fermement planté dans le sol. Blanc avec des plaques violettes brillantes et pourvus de pieds trifides. Sans qu'il comprit pourquoi encore, ces pieds lui glacèrent littéralement le sang, à tel point qu'il fut surpris de ne pas voir l'herbe geler là ou le liquide écarlate coulait. Il leva un peu plus les yeux. Un torse fin, avec une petite plaque violette au centre, des bras blanc terminé par de petites mains dont on sentait qu'elles vous aurez pourtant broyé des pierres -et des os- à mains nues sans le moindre problème. Une tête ronde. Et un visage… Son effroi augmenta encore si possible. Des lèvres noirs courbées en un sourire annonciateur de mort, et des yeux rouges tellement remplit de cruauté… La main blanche de la mort incarnée s'avança et saisie son cou. D'abord telle une caresse très douce bien que glacée. Puis la créature mit une minuscule fraction de ses capacités dans la pression de sa main, et le saiyen crut que son cou avait été sectionné net. Il fut soulevé tel une plume et resta là, incapable de respirer, la bouche pleine de sang. Tout lui était revenu, il savait qui était son ennemi. Freezer. Une voix tinta dans l'air, qui s'adressait à lui:
- Eh bien, tu as donné tout ce que tu avais, Vegeta?

L'empereur de l'univers lança une main plus rapide que l'œil dans la joue du prince des saiyens en une gifle aussi humiliante que puissante, l'envoyant plus de dix mètres plus loin. Il heurta une pierre et resta paralysé par le choc, réduit à contempler le ciel vert de Namek et l'arrivé de son boureau. Puis un autre se porta à son secours. Deux bras puissants, eux aussi écorchés en de multiples endroits l'agrippèrent fermement et le remirent sur ses pieds. Une voix grave l'interpella à son oreille:
- Viens Vegeta, fichons le camp d'ici tant qu'il en est temps!
Cette voix réveilla une sourde colère enfoui, injectant dans les veines royales un nouvel afflux d'énergie. Il se redressa brusquement et bouscula son allié en hurlant:
- Fous moi la paix, Kakarotto, occupes toi de tes affaires!
Le jeune saiyen au cheveux en bataille, vêtu d'une armure de combat brisée répliqua:
- Bon sang, Vegeta, si on restes ici on va tous mourir! Regardes!
Il pointa du doigt deux autres personnes, face contre terre avant de reprendre:
- Raditz et Nappa sont déjà HS! Nappa doit avoir une trentaine d'os brisés et Raditz vomit ses entrailles ou ce qu'il en reste.
- Je t'ai dit de te taire, c'est moi qui commande et on va rester et se battre!
Tout était aller de travers depuis que Raditz avait était cherché son frère sur la Terre. Depuis qu'il leur avait parler des fameux Dragon Ball qui avait le pouvoir d'exaucer n'importe quel souhait. Lorsque Kakarotto leur avait parlé de ça, ils avaient appris que Freezer avait trouvé des artefacts similaires sur la planète Namek, encore plus puissante que les Terriennes. Les quatre saiyens était alors parti pour la lointaine planète, autant pour s'en emparer que pour empêcher Freezer d'exaucer ses propres souhaits. Tous ces combats contre les forces de Freezer avait augmenté la puissance des saiyens de façon incroyable. Ils avaient même réussi à vaincre le commando Ginue, bien qu'ils aient du s'y mettre à quatre pour abattre le capitaine. Ils avaient eu la chance de bénéficier de l'effet des étranges haricots ramené de la terre par Kakarotto, les "sansus" ou quelque chose comme ça. Grâce à cela, de nombreux combats s'étaient révélé bien plus facile que prévus, d'autant que Vegeta avaient pu expérimenter les fantastiques hausses de puissance dues à l'approche de la mort… Sans avoir à passer des mois à guérir de ses blessures naturellement. Malgré cela, Freezer… Il était hors norme, bien au delà du commun des mortels. Vegeta avait pensé pouvoir le vaincre. Puis il s'était transformé. Une fois, puis deux, puis trois… Et maintenant, il était monstrueux. Végéta aurait souhaité ne jamais apprendre à ressentir la puissance d'autrui plutôt que de sentir ça, comme une fourmi devant une montagne. Freezer s'était vraiment amusé avec, les torturant au gré de ses envies. Et voilà ou ils en étaient arrivés. Les dragon ball étaient devenues des pierres ordinaires, sans la moindre explication, et l'empereur allait passé sa colère sur les seuls ennemis qu'il avait sous la main… celui-ci s'avançait toujours, un sourire tranquille aux lèvres.
- Inutile de songer à vous sauver… Vous êtes condamnés.
Il disparut brusquement. Les deux saiyens se mirent aussitôt en garde. Une main qui aurait pu sembler amicale se posa sur leurs épaules. ils se retournèrent pour recevoir chacun une manchette en pleine gorge. Tandis que le prince accusait le coup et s'éloignait du tyran, Kakarotto s'effondra comme une masse inerte sur le sol. Vegeta, une main sur le cou, regarda son ennemi de toujours, destructeur de son monde et de son peuple. Il réussit à dire entre ses dents:
- M… Monstre!
- hé!hé!hé! L'extinction des singes est presque achevé… Enfin. Tes amis sont assez pitoyables, Vegeta, tout comme toi. Tu me déçois…
Il ne comprit jamais exactement pourquoi, mais une vague de colère commença à doucement monter en lui.
- Écoutes moi bien, déchet de la galaxie, empereur de pacotille…
La vague devint rouleau.
- Tu… Tu crois vraiment pouvoir me tuer? Tuer mon peuple?
Le rouleau devint tsunami.
- Tu crois pouvoir m'humilier devant mes propres hommes? Te moquer de moi et pouvoir survivre?
Le tsunami devint tempête. Le sol commença à trembler sous les yeux brillant de rage de Freezer, tendu comme un arc, prêt à bondir sur le fou qui oser lui parler comme ça. Mais Vegeta, en proie au pire accès de rage l'ayant jamais prit, n'allait certainement pas en rester là, tandis qu'il jeté un œil à ses compagnons évanouis ou mourant.
- Je suis le prince du peuple le plus puissant de l'univers, l'être le plus puissant que la galaxie ait jamais porté, le seul digne de régner en maître. JE SUIS… VEGETA!!!!
Freezer bondit brusquement, mais une chose le retint et il écarquilla les yeux. Qu'est ce que c'était?

Jamais Vegeta n'avait senti une telle colère, contre rien ni personne. Il sentait chaque cellule de son corps bouillonner. Le sang battait ses tempes, brûlant. Il sentait qu'il approchait de quelque chose de… différent. Un afflux de puissance absolument ahurissant l'envahi, près à déchirer cette pitoyable enveloppe qu'était son corps. Il devait la laisser sortir, il avait mal. Puis, il eut l'impression que son cœur entrait en fusion, et il explosa. Quand il ouvrit les yeux, la première chose qu'il vit fut le regard de Freezer dans lequel il pouvait lire la colère, la haine, mais aussi une chose qu'il n'aurait jamais imaginé voir… De la peur… il réalisa alors que la douleur l'avait quitté, comme la fatigue. Il était bien. Si bien. Il jeta un œil à ses mains et les contempla, lumineuse d'énergie et de puissance, comme lui. Il remarqua l'eau proche de lui et s'en approcha, sans se soucier le moins du monde de Freezer, qui semblait pétrifier. À son approche, l'onde sembla refluer devant lui, mais il put néanmoins se voir dans le reflet mouvant. Ses cheveux avaient changé de couleur, comme ses yeux. Ses muscles avaient également augmentés de volume. Une aura entourait son être tel un halo divin. Se tournant, il vit alors Freezer tel qu'il était: un insecte. Il sentait la puissance couler dans ses veines et savait parfaitement qu'il n'avait plus rien à craindre, de Freezer ou de quiconque. Un grand rire résonna sur la plaine silencieuse, qui fut bientôt interrompu par un empereur furibond, mais en sueur:
- As-tu finalement perdu la raison, Vegeta? Qu'est ce qui te fait rire?
- Je ris de l'ironie de la situation Freezer.
- Quoi?
- Tu as assassiné ma race pour te mettre à l'abri de la légende du super saiyen. N'est ce pas ironique que l'un des seuls que tu ais épargné sois celui-là?
- Comment? Hurla presque l'alien blanc.
- Tu as devant toi le super saiyen de légende, Freezer. L'élite des guerriers.
Dans la fraction de seconde qui suffit au cerveau du tyran pour assimiler la nouvelle, le guerrier de légende passa dans le dos de son ennemi. Celui-ci se retourna, n'en croyant pas ses yeux:
- Quand est ce que tu es passé…
L'autre l'interrompis sans même l'écouter, affichant un sourire mauvais et triomphal:
- J'ai toujours su que c'était ma destiné. Devenir empereur à ta place, pauvre déchet. L'heure du jugement est arrivé, "majesté".
Sans même attendre de réponse, il enfonça un poing plus rapide que tout ce qu'il aurait cru possible dans l'estomac de son ex-employeur qui eut le souffle coupé et fut projeté en arrière ou il retomba lourdement, creusant un sillon dans le sol. Prenant appui, il allait relever la tête quand une botte blanche entouré d'une aura lui enfonça la tête dans la terre.
- La poussière a moins bon goût quand on la mors soit même, hein Freezer? Puis il pressa violemment sur le crane blanc, l'enfonçant encore plus.
- REPONDS!
La queue de l'alien jaillit en guise de réponse, mais fut adroitement stoppé par le prince surpuissant. Il regarda l'appendice quelques secondes, puis lança d'une voix pleine de joie contenue:
- Je t'ai toujours trouvé moche, mais j'avoue que ta queue fait vraiment parti de ce que je déteste le plus. Je vais arranger ça.
Gardant la tête du tyran dans la terre, ses cris noyé en grognements indistinct, Vegeta plaça son autre pied à la base du dos de l'alien, et tira un coup sec. Un grognement monstrueux retentit tandis que la chose blanche volait au loin dans un panache de sang. Colère ou douleur, ou les deux à la fois, Freezer trouva assez de force pour se dégager. Il leva tout son corps d'un bloc, déséquilibrant le super saiyen et en profita pour lui mettre un violent coup de pied en pleine face. Il s'éloigna du singe et s'immobilisa à une dizaine de mètres de lui. Vegeta avait un peu reculé, mais ne semblait pas le moins du monde affecté par l'attaque. Il souriait, une goutte de sang au coin des lèvres pour toute blessure. L'expression de Freezer l'amusait énormément, il était terrifié.
- Enfoiré! Hurla ce dernier. Tu vas connaître ma puissance maximum. Je vais te réduire en bouillie, sache que je n'ai utilisé que 50% de ma force pour l'instant!
Il commença à se concentrer. En face de lui, le super saiyen sourit puis répliqua:
- Pff. Tu crois vraiment que ta puissance maximum m'intéresse? J'ai un empire qui m'attends. Crève.
Il disparu en hyper-vitesse et transperça le ventre de l'alien de son poing. Du sang couvrit le sol alors que freezer tentait désespérément d'arracher le bras de ses entrailles.
- Je… Kff… Je t'en supplie… urg… Vegeta… Pitié…
- Je t'accorde la pitié que tu as eu pour mon peuple.
Un poing sanglant fonça vers le visage du tyran, et tout devint noir.

C'était vraiment pas de chance se dit apple. Depuis le départ de Monsieur Freezer et du commando Ginue à la poursuite du traître Vegeta, il était tout seul à patrouiller devant le vaisseau. Si l'un des saiyen parvenait jusqu'ici… Mais il ne fallait pas s'inquiéter. Mr Freezer allait les écraser comme des insectes. Aucune inquiétude à avoir. C'était accompagné de cette pensée réconfortante que Apple vit soudain un corps blanc et ensanglanté s'effondrer devant lui.
- Wouak?!
Il s'approcha du corps. Il ne connaissait pas cet homme, et l'absence de tête ne donnait aucun indice sur son identité. Puis une légère vibration dans son dos suivit d'une pulsation régulière le firent se retourner.
- V… Végéta??
Était-ce bien végéta? Il semblait bien, mais ses cheveux et ses yeux était différents. Et cette chose brillante autour de lui.
- Cette loque est ton ancien patron.
L'autre se retourna vers le cadavre, puis lança au prince:
- Mr Freezer n'est pas du tout comme ça, arrêtes ton délire, Vegeta.
- Tu n'étais pas au courant pour les transformations de ton maître? Peu importe. Mes hommes sont dans un état critique à quelques kilomètres d'ici. Va les chercher et mets les dans les cuves régénérante. Ensuite tu enverra un message dans l'empire.
Apple n'arrivait pas à le croire. Mr Freezer? Il avait bien entendu des bruits concernant ces histoires de transformations… Et si c'était vrai? Il n'avait plus de contact avec personne sur namek depuis des heures. Et ce changement chez Vegeta… Il semblait si… Puissant.
- Qu… Quel message?
- Freezer est mort, et un nouvel empereur vient d'être couronné. Et au fait…
Il lança à Apple se qui semblait être un bout de chair sanguinolente, et qui se révéla être la tête de l'alien qui ressemblait énormément à Mr Freezer.
- Fais moi empailler ça, ça fera très bien dans la salle du trône de mon nouvel empire.







Commentaires:

pseudo    le 17/04/2012 à 12:48
Très intéressant ce début de fic. Vegeta devient super sayen et contrairement à Goku il ne perd pas de temps et achève vite fait Freezer. Je lirai la suite plus tard.

vegeta sad    le 20/10/2012 à 23:05
a qd la suite ? ca dechire

TRUNCKS    le 21/10/2012 à 14:23
Pareil, j'avoue que j'attends la suite avec impatience !

Sauseur    le 25/03/2014 à 11:16
Je viens de lire l'intégralité de tes 54 chapitres. Je dois dire que j'aime vraiment bien le style malgré les quelques petites fautes que je repère de temps en temps, mais rien de bien grave.

J'espère vivement qu'il y aura une suite, hâte de voir comment Vegeta va reprendre son empire.


Page : [ 1 ]

Laissez un commentaire: