The Ninja Kid - Tome II

Selection du chapitre:




CHAPITRE I - MANQUE


« Ah... Vae Victis... Souffrance à ceux qui ont été conquis... Par l'ironie du sort, j'étais celui qui souffrait... Rien de concret, pas de douleur physique, non, plutôt la morsure cruelle de la colère impuissante... La soif de vengeance... » - Legacy of Kain


Fabien ouvrit la porte d'entrée... La journée avait été longue et il n'était pas mécontent de rentrer enfin chez lui. Un peu de repos ne serait pas du luxe.
Il venait d'entrer en seconde, toujours à Provus. Un an s'était écoulé depuis « l'incident ».
Il avait un meilleur ami qu'il ne voyait plus souvent, de temps en temps, en coup de vent, pour dire bonjour... Cet ami continuait sa vie sans vraiment avoir de but, il était maussade la journée, semblait toujours perdu dans une profonde mélancolie, il rentrait le soir pour s'enfermer dans sa chambre et dormir pour recommencer ainsi le lendemain. Même pendant les vacances, il était très difficile de le faire sortir, il n'aimait plus parler, il n'aimait plus s'amuser... Il voulait simplement être seul... Seul avec sa peine...

Fabien avait trois frères, un plus âgé que lui et deux autres plus jeunes. Son père étant décédé quand il était petit, il prenait vraiment à cœur son rôle de grand frère. Sa mère avait fort à faire pour tout gérer et son aide était une vraie bénédiction. Il était serviable et ne rechignait jamais à la tache malgré les difficultés que cela comportait de s'occuper d'une si grande famille. En plus, il y avait les études et les attaques des monstres qu'il était désormais seul à combattre.

Il s'assit sur son lit... Des souvenirs lui revenaient en tête...
Il se remémorait la première fois où il avait entendu parler du Ninja Kid et le changement de comportement de son frère de cœur. Il l'avait toujours soupçonné, mais comment aborder le sujet ? Et s'il s'avérait qu'il se trompait ? Heureusement le destin avait voulu qu'ils se découvrent mutuellement et unissent leurs forces...
Fabien sourit en pensant de nouveau à tout cela... Maintenant, tout était si diffèrent...
PH n'avait plus jamais voulu lever le petit doigt, tout lui était égal... Il était mort... Pas physiquement, mais dans sa tête, le temps s'était arrêté. Il avait cherché pendant un moment ce fameux monstre en tenue noire dont il n'avait même pas senti la présence, puis finalement, n'aboutissant à rien, il était sombré dans une déprime sans fin...
L'année était passée vite mais Fabien n'avait jamais connu une période si morose.
Il avait tout tenté avec Anaïs et Alexis, rien n'y faisait...
Il poussa un profond soupir et se dirigea vers la cuisine pour préparer le repas du soir.

C'était le deuxième jour de cours de cette nouvelle année scolaire, Fabien s'assit à sa place, comme la veille, quand le directeur entra sans la salle.
« Excusez-moi de vous interrompre, mais nous avons une nouvelle élève ! »
Apparu alors dans l'encadrement de la porte une jeune fille toute a fait charmante.
Elle s'avança, toute timide, tenant d'une manière assez crispée le sac contenant ses affaires.
« Heu... B...Bonjour, je m'appelle Marine... J'ai quinze ans. Enchantée d'être parmi vous. »
Elle avait un visage très fin et des cheveux légèrement bouclés, de couleur châtaine, qui lui retombaient un peu en dessous de la nuque. Elle n'était pas spécialement grande mais avait une silhouette très agréable, son attitude, à la fois timide et naïve lui donnait un air vraiment attachant, on avait presque envie de la prendre dans ses bras pour la protéger.
Marine s'assit à une table qui était encore vide, juste à côté de celle de Fabien et se plongea le plus sérieusement du monde dans le cours, qui n'était pourtant pas très passionnant...
Après quelques minutes, elle leva la tête, comme pour souffler un peu, et aperçue notre ami qui regardait dans la même direction à ce moment précis.
Elle lui sourit timidement et retourna précipitamment dans son cahier, ce qui amusa notre héros, tant d'innocence était vraiment quelque chose de séduisant.

La pause arriva assez vite, tout le monde se dispersa pour vaquer à ses occupations. La cour était vraiment grande et les endroits de détente nombreux.
Fabien regarda avec un brin de mélancolie le préau qui portait encore les marques du combat qu'avait mené ici son ami... Mais son attention se porta sur un coin de la place, dans le fond.
Marine était restée à l'écart, elle avait sorti un livre et semblait absorbée par sa lecture.
Elle arrivait à un chapitre crucial quand elle sentit une main s'approcher d'elle et une bonne odeur lui monta alors aux narines.
« Café ? »
Elle sourit et accepta bien volontiers le gobelet qu'on lui tendait.
« Merci... Fabien ? C'est ça ? »
« C'est ça. Je peux m'asseoir ? »
« Bien sûr, je t'en prie. »
Notre ami prit place à côté de la jeune fille qui ne semblait pas mécontente d'avoir un peu de compagnie.

Marine était une jeune fille qui s'était retrouvée seule à l'âge de dix ans, ses parents étant morts tragiquement dans un accident, elle fut élevée par sa grand-mère.
Cette terrible épreuve l'avait rendue très sensible et fragile, elle ne sortait plus vraiment et restait seule la plupart du temps. Elle dégageait une profonde tristesse et un sentiment inexplicable de solitude...

« Tu es ici depuis longtemps ? » demanda-t-elle
« Environ quatre ans... »
« C'est pour ça que tu as l'air si à l'aise ! Moi je viens juste d'arriver dans cette ville. »
« Ne te fais pas de soucis, les gens sont très gentils ici, et puis si tu veux, je resterais avec toi les premiers temps. »
« Pourquoi seulement les premiers temps ? »
Cette réponse aussi inattendue que soudaine fit éclater de rire Fabien et embarrassa énormément la demoiselle qui rougie jusqu'aux oreilles.
« Ce n'est pas ce que je voulais dire ! Désolé ! Pardon ! »
« Bon, alors je resterais jusqu'à ce que tu ne veuilles plus de moi... »
Elle se figea un instant, puis dit tristement.
« Tu es le deuxième à me dire ça... Le premier n'est pas resté... Et je me suis retrouvée seule... Alors... Ne me donne pas de faux espoirs... »
Fabien sourit.
« Je crois que l'on ne s'est pas bien compris... »
« ? »
« J'ai dit que je resterais avec toi tant que tu ne me diras pas de partir, alors c'est comme ça que ça va se passer. Je n'ai qu'une parole. »
Marine le regarda tendrement.
« Alors, nous sommes d'accord ! Mais et toi ? Gentil comme tu es, tu dois avoir déjà des amis à t'occuper ? »
« J'en ai un... Mon meilleur ami... Mais j'ai échoué à l'aider... »
« Pourquoi ça ? »
« Je n'ai pas trop envie d'en parler pour le moment, excuse-moi... »
« Non, non, pas de problème, ne t'inquiète pas ! »
Il se releva et lui tendit la main.
« Allez, viens avec moi, je vais te faire visiter, et si tu as encore le temps après les cours, on ira faire un tour en ville. »
Marine resta muette quelques secondes, elle observait ce garçon qui était arrivé de nulle part et qui lui avait offert son amitié sans la moindre arrière pensée...
Rêvait-elle ?
Elle lui saisit la main, elle était chaude et pleine de bienveillance.
« Oui... »

Ainsi naquit une nouvelle amitié, forte et durable, entre deux personnes cherchant du réconfort... Des gens qui avaient beaucoup souffert mais qui faisaient de leur mieux pour continuer à avancer, pour ne pas fléchir, car ils savaient que le bonheur était à portée de main, qu'il suffirait de l'attraper au vol le jour où il passerait sur leur chemin...


Une explosion retentit dans la nuit , elle fut accompagnée d'une épaisse couche de fumée.
Une sorte de Diablotin, la peau entièrement rouge mais de forme humaine jaillit de cette dernière avec à ses trousses un étrange garçon aux cheveux dorés.
Le démon lança avec colère une boule d'énergie de couleur rosâtre mais Fabien la dévia au loin d'un revers de la main.
Se téléportant dans son dos, le Saïyen lui assena un coup de pied dans les omoplates qui le fit chanceler et le força à poser pied à terre.
Ne le laissant pas reprendre ses esprits, il le saisit à la gorge et l'envoya s'écraser contre une voiture qui explosa sous l'impact.
Les lumières des immeubles alentours commençaient à s'allumer.
Le Diablotin sortit péniblement de la voiture en feu, mais il resta interdit devant la position qu'avait prise son adversaire.
Fabien avait les bras en croix et semblait concentrer une grande quantité d'énergie... Au bout de quelques secondes, il releva la tête, un petit sourire sur le visage.
« CUT !!! »
Une lame dorée fusa alors vers le monstre qui l'évita d'extrême justesse, l'attaque percuta les arbres derrière lui et en trancha net une dizaine avant de s'évanouir dans la nature.
« Ton attaque est trop lente, vermine !! »
« Adieu... »
Des dizaines de lames identiques apparurent alors, elles formaient un quadrillage parfait et fonçaient à une vitesse hallucinante, ne laissant cette fois ci aucune échappatoire.
Le démon ne put absolument pas éviter ce foudroyant assaut qui le découpa en petits morceaux, tous de la même proportion, comme un vulgaire morceau de viande...
Fabien relâcha sa forme de Super Saïyen et disparu le plus rapidement possible.


« On nous signale à l'instant qu'un groupe d'individus tiennent en otage plusieurs personnes dans un centre commercial, la Police est sur les lieux mais elle semble débordée par la situation. Deux innocents ont déjà été tués et rien ne semble laisser présumer une quelconque amélioration de la situation... »

PH éteignit la télévision...







Commentaires:


Page :

Laissez un commentaire: