The Ninja Kid - Tome IV

Selection du chapitre:




CHAPITRE VI - LA FIN DE LA ROUTE


Deux silhouettes avançaient lentement dans cet immense désert. Ces dernières étaient encapuchonnées dans un grand manteau marron qui couvrait leur visage et les protégeait du sable.
La tempête faisait rage et ils semblaient avoir beaucoup de mal à progresser.

Soudain une rafale fit glisser la protection de la tête de l’une des personnes et l’on put distinguer un homme d’une cinquantaine d’années, les cheveux grisonnants, portant une épaisse barbe et une grosse cicatrice au niveau du visage.
Son comparse releva également sa capuche, il était roux et environ de la même tranche d’âge que le premier protagoniste.
« Allez ! Maugréa Sho, tu vas nous faire rater le Mirage ! »
« Désolé ! répondit PH d’un air agacé, mais je ne vois rien du tout ! »
« C’est important au cas où tu n’aurais pas bien compris ! »
« Je sais ! Je sais ! »
Les deux amis se remirent en route lentement.

Tout en marchant, PH poussa un petit soupir mélancolique et se replongea une nouvelle fois dans ses souvenirs… Encore et encore, de terribles images lui revenaient en mémoire…

Ils n’avaient pas réussi à vaincre l’Empereur Side.
Au terme de la bataille acharnée et même si la victoire n’était pas passée loin, les Saïyens avaient gouté à l’amertume de la défaite.
Devant la fin imminente, Fabien, Alexis et Squall avaient sacrifié leurs vies pour que PH puisse s’en sortir…. Le regard de son meilleur ami au seuil de la mort hante désormais chacune des nuits du malheureux survivant.
Notre ami regarda le Kyrien qui marchait devant lui en souriant…
S’il n’avait pas été là, si Sho ne l’avait pas assommé pour le forcer à s’enfuir, il serait certainement mort lui aussi à l’heure actuelle.

Ce n’était pas une question de force, son échec ne se situait pas au niveau de la puissance ou de la technique. Non, l’empereur Side avait un secret. Quelque chose qui faisait qu’ils n’avaient pu le terrasser, une puissance inconnue qui le réanimait encore et toujours, sans fin.

La Terre avait été ravagée par les démons.
Il n’avait jamais pu revoir Vanessa qui se trouvait réfugiée là-bas au moment de la bataille finale.
Avait-elle fini tuée par les griffes d’un démon ? Il ne le saurait jamais.
Tout était terminé… Amis, famille, rêves… Plus rien ne subsistait désormais.

Pendant les trente années qui ont suivi, ils avaient vécu comme des fugitifs, migrants de planète en planète au fur et à mesure de l’avancée de la terrible armée maléfique.
Désormais il ne leur restait plus qu’une seule tâche à accomplir avant de leur rôle ne se termine.
Un visiteur du passé allait bientôt arriver… Un voyageur que Sho lui-même enverrait dans le futur.

Le pouvoir du Kyrien était unique, mais très difficilement contrôlable.
Il pouvait envoyer un individu dans le futur, mais sans réellement pouvoir en choisir la date exacte.
Par opposition à ce pouvoir existait un artefact légendaire du nom de Flamme d’Atlas, qui lui, permettait de renvoyer dans le passé avec exactitude.
Sans doute lié par le destin, le Sho actuel et celui du passé restaient connectés par une sorte d’intuition… Rien de concret, juste une certitude absolue.
Le voyageur du temps arriverait dans dix ans jour pour jour.
Et c’est dans cet immense désert que nos deux amis vont à la rencontre d’un monstre mythique : le Mirage, détenteur de la Flamme d’Atlas, découverte enfin après des années de recherche.
La marche à suivre était simple, accueillir le sauveur et le renvoyer dans la passé avec l’artefact, quelque temps avant la naissance de l’armée des ténèbres, afin qu’il perce le secret entourant l’immortalité de l’Empereur Side.


Soudain, un léger tremblement de terre se fit entendre !
Nos deux héros s’écartèrent juste à temps pour éviter la terrible attaque d’une étrange créature dissimulée dans le sable !
Elle était entièrement rouge, cuirassée par une sorte d’armure qui couvrait son dos. La chose avait une tête de fourmi, des yeux jaunes globuleux, mais surtout deux grands bras couverts de griffes.
Les deux compagnons enlevèrent promptement leurs toges marron et se mirent en posture de combat.

Le monstre fonça sur PH à très grande vitesse ! Ce dernier se transforma en Super Saïyen et d’une vive projection d’air, le renvoya à son point de départ.
Sho profita de la surprise pour charger son énergie dans son poing et tenta de percuter au visage la fourmi au sol !
Mais cette dernière esquiva au dernier moment et l’attaque souleva un épais nuage de sable.
« Tss… Il est rapide… »
Une lumière dorée entoura le corps du jeune homme et il se métamorphosa alors en superbe loup argenté.

L’anima scruta quelques instants l’opacité autour de lui et en un éclair, fusa droit devant et planta ses crocs dans la fourmi qui se croyait à l’abri.
La chose fut surprise d’avoir été ainsi découverte, mais parvint à se dégager d’une brusque projection d’aura ! Sho fut repoussé en arrière, mais PH, qui finissait de charger une vague déferlante lança un terrible projectile qui souleva une bonne partie du sable environnant !
Mais le Mirage évita une nouvelle fois l’attaque et disparu de plus belle.
L’impact de la charge énergétique provoqua une explosion au loin dans le désert.

La créature venait de se téléporter dans le dos du Saïyen qui reçut un coup de griffes qu’il ne réussit pas à contenir entièrement. Il fut entaillé assez profondément et une large effusion de sang éclaboussa la zone.
PH se retourna brusquement et le frappa au visage avec son coude, la fourmi recula en poussant un cri strident et s’évapora de nouveau.
« Bon sang ! » grimaça notre héros.
Le Mirage était particulièrement véloce, précis et sans merci. Il portait des assauts brefs et meurtriers, il essayait de les avoir à l’usure.
Une ombre se dessina soudain au-dessus de sa tête et il constata avec effroi que le monstre s’apprêtait à le frapper de nouveau !
Mais Sho avait surgi et d’une puissante charge, l’envoya s’écraser plus loin dans le sable !
« Il faut absolument l’immobiliser ! Sinon nous ne tiendrons pas ! » Cria-t-il.

Le Mirage fit alors exploser son aura et s’envola dans le ciel !
PH intensifia son énergie et entreprit de poursuivre son adversaire.
Une intense bataille aérienne s’engagea ! Le Saïyen avait du mal à toucher la fourmi car elle se déplaçait rapidement. Mais progressivement, il arrivait à prendre le rythme et quelques-unes de ses tentatives réussissaient.
Au bout d’un moment il porta un heurt très violent dans l’estomac de sa cible, cette dernière cracha un liquide verdâtre dans un râle abominable.
« Ne crois pas que c’est une pathétique créature qui va nous empêcher de réussir ! »
L’énergie de PH se faisait de plus en plus fort ! Il se sentait plus vivant que jamais et sentait son énergie revenir à un niveau qu’il n’avait plus atteint depuis de nombreuses années.
Des éclairs parcoururent son aura et ses cheveux se hérissèrent encore davantage !
Il poussa un cri de rage et devint un Super Saïyen 2 !
Joignant ses deux poings, il frappa avec force le Mirage qui fut propulsé vers le sol à une vitesse vertigineuse.
« Sho !! »
Des arcs électriques dansaient autour du corps du loup argenté… Après quelques secondes, il ouvrit la gueule et un énorme rayon rouge fusa pour percuter sans ménagement la fourmi.


PH relâcha sa transformation et Sho reprit forme humaine.
De la fumée tomba un objet en forme de sphère. Cette dernière semblait contenir une belle flamme de couleur dorée.
« La voilà enfin… » Fit notre ami.
« Nous avons peut-être encore un espoir ! » répondit le Kyrien qui se laissa aller à une pointe d’optimisme.
Ce fut les derniers instants du guerrier de la planète Tempest…
Le Mirage, bien que dans un état proche de la mort, avait surgi du sable et planta ses griffes dans le torse de sa victime. Cette dernière fut traversée de part en part sans aucune chance d’éviter l’attaque.
La fourmi rendit l’âme quelques secondes après et tomba en poussière.

« Non ! »
PH rattrapa Sho qui venait de s’écrouler et le saisit de ses bras.
Il le posa lentement au sol et lui prit la main d’un air désespéré.
« Ne me fais pas ça ! Pas maintenant ! Pas alors que nous sommes si près du but ! »
Sho saignait abondamment de sa grosse plaie ouverte et ses yeux commençaient à perdre leur éclat.
« Dans dix ans… toussa-t-il, à l’endroit précis que je t’ai indiqué… »
« Ne meurs pas toi aussi ! »
Le Saïyen avait crié et des larmes commencèrent à couler.
« Hé… Hé… Cela fait bien des années qui tu ne pleurais plus, ricana gentiment son ami, finalement tu n’as pas vraiment changé… »
« … »
« N’oublie pas pourquoi nous avons vécu encore tout ce temps. Pourquoi sommes-nous restés en vie alors que nous n’avions plus rien. Pour ce moment précis, pour avoir une autre chance, un nouvel espoir de reconstruire ce qui a été détruit. »
« Je sais… »
« Nous ne saurons jamais la fin de l’histoire mon ami, mais une fois que tu auras envoyé le voyageur dans le passé, alors peut-être… Peut-être que quelque part, loin d’ici, un autre toi et un autre moi serons de nouveau réunis, avec une famille, des enfants heureux sur nos genoux… »
PH ne put retenir de nouveaux sanglots.
Et c’est ainsi qu’après trente années d’amitié et de fuites incessantes, Sho mourut dans les bras de notre héros sur un dernier sourire.
« Adieu… Dernier des Kyriens… »


PH passa le petit portail de l’école de Provus dont il ne restait pratiquement plus rien.
Ce chemin qu’il avait emprunté tant de fois étant enfant.
Le ciel était noir et menaçant, notre héros ne pouvait même pas savoir s’il faisait jour ou nuit.
Ainsi donc revenait-il sur sa planète d’origine après tant d’absence.
Il ne restait plus rien de la Terre qu’un immense champ de ruines, elle avait été complètement rasée après la victoire de l’Empereur Side.
Des démons et autres créatures erraient désormais dans les vestiges fumants de cette ancienne civilisation. Personne n’avait été épargné, la race terrienne n’existait plus…

Le Saïyen avança un peu plus dans la vieille cour de son ancienne école.
Au loin, il lui sembla apercevoir un jeune garçon accompagné d’une belle demoiselle qui sortait d’un bâtiment en courant. Ils avaient l’air tellement heureux d’être ensemble.
Cette innocence perdue à jamais, ces moments où tout semblait pouvoir durer éternellement.
PH sourit devant ces réminiscences de son esprit harassé.
Le temps avait effacé la source même de ses émotions. Il ne souffrait plus véritablement, l’accumulation des blessures avait fait de lui une enveloppe vide et glaciale.

Il posa la Flamme d’Atlas au centre d’un petit cercle qu’il avait tracé, le feu s’embrasa et la cour s’illumina d’une belle lueur dorée.
Le guerrier s’assit alors devant la lumière. Il était tellement fatigué.

Ainsi commença l’ultime tour de garde de l’ancien défenseur de la Terre…








Commentaires:


Page :

Laissez un commentaire: